un symposium sur le traitement des pieds bots à Lomé

JPEG - 60.6 ko

C’est dans ce cadre que le PITR en collaboration l’ONG Cure International a organisé, le 28 juillet 2015 à l’hôtel Ibis à Lomé, un Symposium qui a réuni 70 participants venus de l’ensemble du territoire national. Objectif, sensibiliser les professionnels de la santé, des partenaires et des populations bénéficiaires sur la prévalence du pied bot au Togo et la disponibilité de son traitement par la méthode Ponseti. Exposés animés par des spécialistes nationaux de réadaptation et médecins pédiatres, débats, visites de stands et témoignages de bénéficiaires ont marqué ce symposium d’une journée.
Les statistiques font état de 1 à 3 enfants sur 1000 qui naissent vivants par an porteurs de pieds bots dans le monde. Au Togo, le nombre est estimé à 300 enfants par an.
En effet, cette pathologie se manifeste par une malformation au niveau des pieds. Au lieu que l’enfant marche sur le plant des pieds, c’est l’inverse, il le fait sur le dos.
Très peu reçoivent le traitement dont ils ont besoin et beaucoup grandissent avec ce handicap invalidant, alors que si cette pathologie est prise en charge précocement, les chances sont grandes pour une correction complète. La correction, selon la responsable du PITR, Mme Pinda Akoua épouse Bowessidjaou, devrait se faire à partir de 2 jusqu’à 7 ans. Au-delà, seule la chirurgie permet de traiter le mal, ce qui revient cher.
C’est pourquoi, dans le souci d’aider les parents des patients, depuis 2011, le PITR a initié en collaboration avec Cure international un programme de traitement des pieds bots qui prend en charge gratuitement des enfants présentant cette pathologie par ma méthode Ponseti. A ce jour, aux dires de Mme Bowessidjaou, 524 enfants sont traités avec succès au Togo. Cette prise en charge est faite dans les centres de réadaptation à Lomé (CNAO), Aného, Tabligbo, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong.
Le représentant du ministre de la Santé et de la Protection sociale, Dr Kokou Agoudavi, a estimé que ce « symposium constitue une réponse, une exigence pressante que nous impose notre quête commune de la Santé pour tous visée par les Objectifs du Développement Durable et la politique du gouvernement ». Tout en remerciant les partenaires pour leur appui multiformes (USAID, Cure Club Foot International, CBM, Handicap International, etc.), il a assuré que son département et l’ensemble du gouvernement togolais examineront avec la plus grande attention, les recommandations qui seront issues de cette assise.

Félix SEKOU

© 2006-2012 Tous droits réservés - FETAPH